Le Parking de l'Hyper

Un grand coup de pompes dans les portières de la médiocrité automobile contemporaine.

BMW X1 – La voiture des arbitres de touche corrompus à l’ambition

En 2016, il fallait, plus que jamais, se plaindre, râler, et être chiant pour exister. Aussi, nous avions déjà pu observer le triomphe de la susceptibilité sur la sagesse, mais le must du moment c’était dorénavant l’impertinence. C’était devenu LE vecteur de distinction. Une manière de créer la sensation, peu importe son coût afférent. Comment avoir raté cette interview de Matt Damon datée de 2011. Une journaliste, visiblement en mal du distinction, l’interroge au sujet du potentiel manque de motivation pour un enseignant à « travailler dur » compte tenu de la sécurité de l’emploi offerte par sa fonction. Pour illustrer sa vision des choses, elle prend donc Matt Damon comme exemple, en soulignant l’insécurité du métier d’acteur et donc l’obligation pour ce dernier de travailler dur pour devenir le meilleur. L’acteur fixe alors la journaliste dans les yeux – avec un mépris palpable – avant de lui répondre les yeux dans les yeux :

“ You think job insecurity is what makes me work hard? I want to be an actor; it’s not an incentive. That’s the thing. You take this MBA style thinking, right? It’s the problem with education policy right now It’s this intrinsically paternalistic view of problems that are much more complex… A teacher wants to teach! Why else would you take a shitty salary and really long hours and do that job, unless you really love to do it?”.

Le contraste entre l’impertinence délibérée de la journaliste et la clairvoyance de la réponse offre aux téléspectateurs une véritable mise en abîme. De quel côté seriez-vous? Deux visions du monde s’affrontent. D’un côté le libéralisme économique et sa culture exacerbée du résultat transposable à tous les domaines. De l’autre, la vision plus positiviste du monde de ceux qui refusent de réduire l’homme à un animal répondant systématiquement à des fonctions incitatrices selon une rationalité de calculs méthodiques. Devait-on tout envisager sous l’angle d’un marché ou règne fatalement la loi de l’offre et de la demande dans une lutte effrénée pour la rareté ?

Les propriétaires de BMW X1 étaient eux unanimement d’accord : la culture du résultat axée sur un dualisme échec/réussite offrait une optimisation idéale de nos sociétés modernes. La compétition était permanente. L’homme était un loup pour l’homme; la X1 était une voiture de jeune homme; et la X1 était donc la voiture des jeunes loups. Ils étaient rationnels, cartésiens, et avouaient volontiers une indifférence face à l’intérêt général mais « sur le plan économique, ils appartenaient aux camps des vainqueurs (cf. réussite) ». Leur métier : auditeur.

En sortant de l’école, on avait finalement trois choix : celui du courage de faire ce qui nous plaît (cf. l’enseignant), celui de partir à l’aventure car la vie professionnelle est plus souvent une affaire d’opportunités à saisir que le plan de carrière quinquennaux (cf. l’opportuniste réaliste), ou enfin celui du choix résolument lâche de répondre à la fonction incitatrice triomphante qu’est l’argent (cf. l’auditeur). Le libéralisme économique avait permis des excès, il fallait pouvoir siffler les hors-jeux. En ça, l’auditeur était le juge de touche du libéralisme. On avait en effet, créé une fonction socialement noble de vainqueurs économiques dont le rôle était de chercher les manquements, les erreurs et les failles d’entreprises orientées rentabilité, tout comme eux. Le corps arbitral comme les joueurs était dopé à la culture du résultat depuis son plus jeune âge. Le match ne pouvait que finir en pugilat!

BMW_X1_E84

En version de base, pour les auditeurs junior.

La BMW X1 évoquait la détermination, la distinction, le dynamisme, et la motivation. Sa calandre transpirait la performance, ses lignes offraient une véritable promesse d’endurance et sa garde haute était un gage de polyvalence. On retrouvait ici une véritable transposition des principales qualités exigibles aux employés dans l’entreprise moderne. En ça la X1 était une réussite. Il y avait un alignement du processus décisionnel entre ceux qui l’avaient conçu et ceux qui l’achetaient. Les critiques étaient d’ailleurs unanimes au sujet des qualités de cette voiture avec des titres explicites: « en avant toute », « bonne pioche », « retour en force ». Si les qualités de ses acheteurs s’étaient transposées dans les caractéristiques du véhicule, il en était de même pour les défauts. On pouvait entendre dire que le X1 était « un tantinet égoïste » avec un « tempérament aseptisé » et un « fonctionnement très linéaire ».

La BMW X1 était indéniablement la voiture des jeunes loups.

Ange Oliver.

BMW_X1_sDrive18d vs Dacia Logan

Surtout, prenez-le couleur chiasse métallisée, c’est l’assurance que Nadine de la compta’ le confondra avec la Dacia Duster couleur fion anthracite de Jean Michel.

Next Post

Previous Post

Ecrire une insulte

© 2018 Le Parking de l'Hyper

FACEBOOK / TWITTER

Theme by Anders Norén