Le Parking de l'Hyper

Un grand coup de pompes dans les portières de la médiocrité automobile contemporaine.

Renault Mégane Classic : Papy fait de la résistance

Edmond Royoux est né en janvier 1916 à Lussac-les-Châteaux, dans la Vienne. Il n’a jamais connu son père, Jean, médecin de campagne, mort pendant la  bataille de Verdun. Un 21 février qui resta gravé dans l’histoire familiale. Pendant la Seconde Guerre, il creva presque le cœur de sa mère en partant dans le maquis après la disparition de la ligne de démarcation qui était proche, à seulement 20 kilomètres à l’ouest de leur maison. Parti enfant, il en reviendra homme, puis fera après la libération des études de médecine à Paris, où il rencontrera sa femme. Il s’établira plus tard à Lussac, pour vivre la vie que n’avait pas vécue son père, entouré d’une famille aimante, voyant grandir ses enfants puis ses petits enfants, s’adonnant à des balades dans la campagne de cette France éternelle. En bicyclette, en barque dans les marais de Brenne, ou en kayak pour une descente sur la Vienne avec ses petits-enfants, dont certains habitaient Paris mais n’avaient jamais perdu cette connexion si précieuse avec la nature et le vrai sens de l’existence. Edmond ne plaisantait pas avec la santé, mais il s’autorisait de temps en temps à se délecter d’un verre de vin, qu’il contemplait alors avec lenteur, admirant le travail des hommes qui depuis la nuit des temps avaient forgé ce doux nectar. Si pendant tant d’années, Edmond avait roulé dans de belles Citroën, il était venu sur le tard aux Renault. Car après sa retraite, en 1980, les raisons de monter à Montmorillon, où se situe la concession de la marque aux chevrons, étaient devenues plus rares pour Edmond, et puis, -il faut dire ce qu’il est, les Citroën demandent un peu plus d’entretien, et on y est assis trop bas. Il a fini par faire affaire plusieurs fois avec le garage Renault de Gouex, dont le patron était un de ses patients. Et plus tard, en 1998, à l’âge de 82 ans, en remplacement de sa Renault 19 Chamade phase 1, il a passé commande d’une Mégane Classic RTE 1.6e gris métal foncé facturée 112900 frs ttc. Ce n’est pas que sa Chamade, qui totalisait seulement 48000 kilomètres après 10 ans de service, était devenue obsolète, mais c’était les pieds d’Edmond qui étaient devenus douloureux, et il s’est fait conseiller par le concessionnaire monsieur Aimé de commander une voiture à boite automatique. Les années passèrent, et à l’hiver de cette vie heureuse et bien remplie, la santé du vieil homme se dégrada rapidement. Il quitta ce monde en un matin de 2004, entouré de sa famille qui avait pu se réunir à temps. Après l’enterrement de ce grand bonhomme, un petit conseil de famille eut lieu pour savoir ce qu’il adviendrait de la voiture de grand-père. Tous acquiescèrent pour qu’on donne la Mégane, qui totalisait seulement 16700 km à Guillaume, le plus jeune des petits-fils, étudiant en médecine à Poitiers. Cela lui permettrait de venir plus souvent voir Mamie, qu’il aime beaucoup, plutôt que de prendre le bus. Bichonnant la voiture avec soin, « l’âme de papy le résistant», avec ses premières payes d’interne, Guillaume installera des jantes aluminium et rabaissera légèrement la voiture avec un pote mécano, ce qui donna à l’ensemble un petit air German Look, un comble dans une voiture de poilus et de résistants. Si vous apercevez la Mégane, aujourd’hui, sur le parking du CHU de Poitiers, vous y remarquerez un siège pour enfant, et un autocollant « Bébé à Bord ». C’est qu’un petit Edmond est né dans la famille, cent ans presque jour pour jour après son homonyme, 100 ans après Verdun. Et assis sur son petit siège, le petit Edmond regarde le monde défiler à travers la vitre, d’un air malicieux, et il s’imagine déjà de grandes choses.

Renault-Megane-Classic-11

Michel Védouze.

Retrouvez nos autres articles sur la famille Mégane :

La Famille Mégane : 50 nuances de gris

Next Post

Previous Post

Ecrire une insulte

© 2018 Le Parking de l'Hyper

FACEBOOK / TWITTER

Theme by Anders Norén