Le Parking de l'Hyper

Un grand coup de pompes dans les portières de la médiocrité automobile contemporaine.

Renault Kangoo : Un crime contre l’humanité

Si un modèle contemporain de voiture française devait symboliser, en une tonne de ferraille, tous les espoirs déçus, la crise socio-politique, et la déchéance culturelle qui mine la France, sans aucun doute qu’au Grand Panthéon de la grisaille tricolore, ferait-on rentrer la dépouille du Renault Kangoo I avec son sinistre cortège de versions dérivées.

Ce parpaing motorisé est tellement une supercherie que les ingénieurs fumeurs de crack de Renault de l’époque dorée Patrick Le Quément, le directeur du design Renault (connu aussi pour avoir « signé » la Ford Sierra, comme on signe un chèque en bois) avaient dû inventer un nouveau nom de catégorie, le Ludospace, pour faire rentrer cette  espèce de merde quelque part. Car le Kangoo ne rentrait pas dans le segment B2, un peu comme le cul de ta meuf ne rentre pas dans du 36, mais plutôt du 42. Et encore. Ce ludospace de mes couilles, en vrai, la Kangoo, est juste une putain de camionnette, comme le fut la Renault Express, et la 4L avant elle. C’est une petite daube de base technique de Renault Clio entourée de tôle de mauvaise facture, construite par des grevistes. C’est une 4L fourgonette du futur, mais comme on est en 1997, et que Lionel Jospin est premier ministre de la France avec des ministres aussi swag que DSK, Martine Aubry, Marie-George Buffet, ou Elisabeth Guigou, faut un truc à la mesure de la République. Un truc avec un packaging de FDP de technocrate qui prend de la coke sur le capot de la Renault 19 Cab de Lionel qui étale son Swag en conseil des ministres. La Kangoo sera justement ce bras armé du rayonnement international de la France, le Hummer Français. Renault basera donc sa campagne publicitaire sur « Renault Kangoo, la nouvelle Renault 4 ». Quand t’as des parents comme la Renault 4, t’as pas besoin d’ennemis. À partir de là, les Champs Élysées brilleraient de mille feux sous les néons de Louis Vuitton, Chanel, Cartier, et sous les feux arrière stop de Renault Kangoo société blanches taguées « Nique La France« .

Renault_Kangoo_front_20071011

D’abord, t’as Michel, ce prof de dessin de Lannion qui vote écolo, avec son Kangoo jaune 1.9 Diesel de 55 chevaux de 1998 qui plafonne à 135 km/h de moyenne (et encore tu verrais le bordel que ça fait à cette vitesse). Et comme cet enculé habite à Kemperven dans une maison en Quinoa Reconstitué et qu’il fait le déplacement tous les jours pour aller à son bahut, et bien si t’as le malheur d’arriver derrière lui, en mode pressé pour aller au Bricorama de Lannion avec ta Audi A6 Tdi de patron occupé, et bien tu vas te taper la fumée de son dièz jusqu’au rond-point du brico, car cette fiotte se croit le prince de la route, il ne te laissera pas passer en occupant tout l’asphalte, et à aucun moment il ne va modifier son 65 km/h de merde. Il te restera à contempler son autocollant « Nucléaire Non Merci » avec cet espèce de soleil rouge communiste souriant. Va t’acheter du Gaz Russe, enculé de traître. La Kangoo finira brûlée sur le parking du lycée, non pas parce que des gamins auront testé un Molotov dessus, mais parce que Mich aura laissé une gitane sans filtre dans son cendrier lui brûler sa bétaillère de merde. Bien fait pour toi, fils de pute!

Renault_Kangoo_rear_20071213
Puis t’as Virginie, mère de famille qui taff à l’usine, habite un pavillon des années 70 qui pue littéralement la merde depuis que Régis, son mari, n’a pas réussi à purger la canalisation des chiottes. Tous les samedis, Virginie gare son beau avec son Kangoo bleu 1.9 dTi de 80 chevaux de 2004 à l’Hypermarché Mousquetaire de Nogent-le-Rotrou. Grace aux deux portes arrière coulissantes, ses deux connards d’enfants n’auront pas la joie de défoncer les côtés de caisses des pauvres types qui auront eu le malheur de se garer là, mais Virginie, avec la large portière avant, oui. Elle serait la première à pleurnicher comme une truie pour une nouvelle rayure sur sa cabine de chiotte bleue bio-design, mais aussi la première à dire « oh c’est bon, c’est qu’une voiture » si c’est elle qui fait une rayure sur la bagnole de quelqu’un. Car Virginie croit toujours avoir raison, c’est sa bitte molle de mari qui lui a fourré ça dans la tête, à force de lâcher l’affaire à chaque conflit dans un suicide intellectuel permanent. La France moyenne, morne et grise, roulant en Kangoo, une France rance qui laissera des marques de portière sur ta BMW E90 noire. Salope, va manger ton Nutella marque repère et ta brioche avec tes gosses à jeter dans ton pavillon de grosse vache.

Renault_Kangoo_I_express -NTM2

Puis t’as Yanis, un jeune en alternance chez un installateur électrique du Val-de-Marne. Yanis roule en Kangoo 1.9 D 65 chevaux 1999 bien défoncé, et se prend pour un pilote depuis qu’il est passé de la Citroën C15 des apprentis à la Kangoo des CDI. Faut dire qu’il aime sa Kangoo, il connaît cette manière particulière de la démarrer, et il la conduit comme un gros teubé pour son patron esclavagiste, prenant des vitesses de sortie de courbe de gros FDP malgré les pneus spéciaux type camionnette, totalement HS. Yanis, avec sa petite boucle d’oreille côté droit, ses bagues, son survêt blanc et son filet de barbe de racaille dégueulasse qui lui court des oreilles au menton, est typiquement le genre de fils de pute, -ou si tu veux, une explication rationnelle- de pourquoi 30% des accidents de la route en Île-de-France concernent une camionnette blanche conduite par un moins de 25 ans complètement débile qui répondra « J’ai rien fait » aux flics, sur un fond de pleurs de femme quadra qui vient de perdre ses deux gosses. Connard!Renault_Kangoo_long2

Puis pour finir, t’as Kevin, le fils de bourge lyonnais qui voulait un cametard pour aller en festival en Ardèche. Il voulait un VW Transporter mais ça coûte cher cette merde, alors il s’est finalement rabattu sur un Kangoo long « rouge pompier » en promo chez AutoMoto01 à Mâcon. Aussitôt acheté sa merde, il se retrouve sur Youtube et les forums des amoureux du Kangoo pour trouver comment « aménager » son Kangoo. « Aménager« , ça veut dire fourrer 500 kg de bois et de vis dans une camionnette qui n’est pas prévue pour ça, en vue de la rendre confortable comme une chambre d’hôtel, alors qu’il suffirait de poser un matelas pliable et quelque coussins et d’arrêter de faire sa tarlouze du confort. Josiane, la mère de Kevin, est vraiment préoccupée pour son fils, et raconte à tout le quartier que son fils est devenu fou de sa Kangoo pour essayer de le dissuader, car elle n’a aucune autorité sur lui. C’est finalement le papa de Kevin, directeur d’une PME basée à Gare de Vaise, qui réussira à l’empêcher de passer ses weekends dans le garage. Kevin fera finalement son road-trip tout seul, car aucune meuf n’avait voulu le suivre dans sa merde bleue, et ce n’est pas un moindre mal de ne pas avoir de Vw Transporter Westfalia à 10000 euros quand tu dors sur la béquille, au final.

Renault_Kangoo-Refugee-Bag

Vous l’aurez compris, le Kangoo est à l’automobile ce que le sac de 100 litres à motif écossais du réfugié Bosniaque est à Louis Vuitton. C’est aussi une France en miniature, une coupe sociologique à travers la diagonale du vide esthétique héxagonal. Et puis, le comportement du Kangoo dans les ventes en France ressemble à un cancer. Et ce qui est préoccupant, ce sont les métastases qui commencent à s’étendre à d’autres marques sous des noms de code effrayants comme Nissan Kubistar, Mercedes Citan, Kangoo Electrique, Kangoo Maxi 7 places, Kangoo Bebop… Comme dans Matrix Révolutions quand la terre se couvre d’agents Smith, la France finira couverte de différentes versions de la Kangoo, les Français finiront comme des zombies consommateurs au gros cul errant sur les parkings d’hypermarché.

Michel Védouze.

Next Post

Previous Post

1 Comment

  1. Christian FINEZ 13 mars 2018

    Et moi qui suis si addict à ma Kangoo Jaune !

Ecrire une insulte

© 2018 Le Parking de l'Hyper

FACEBOOK / TWITTER

Theme by Anders Norén